Image default
Travaux

Les diverses semelles filantes et leurs procédés de réalisation

Notez cet article

Une semelle filante est un type de fondation qui se construit sous les murs porteurs d’une construction. En générale, elle se trouve à une profondeur de 60 à 80 cm par rapport au niveau du sol. Pour répondre aux différentes contraintes de la construction, elle est disponible sous diverses sortes de matériaux, dont :

La semelle filante en pierre maçonnée

Pour réaliser ce type de semelle, comme pour toutes les autres types de semelles suivantes, les experts en maçonnerie comme  ce maçon dans le 94 fait une fouille. Comme on l’a énuméré précédemment, la profondeur de cette dernière devrait se situer entre 60 et 80 cm. Par contre, sa hauteur est de l’ordre de 60cm. Quant à sa largeur, elle est comprise entre 40 à 80 cm. Après la réalisation et le nettoyage de la fouille, le maçon met en œuvre, au fond de cette dernière, un béton de propreté qui va servir de support à la semelle. Puis, il réalise un mélange de mortier moyen  qu’il va verser ensuite dans le fond de la fouille. Il y répand ensuite de grosses pierres taillées, dépoussiérées et mouillées.  Afin d’éviter les coups de sable et arrêts verticaux, il répète successivement couche par couche l’opération jusqu’à atteindre la hauteur désirée. Enfin, lorsque viendra l’élévation des murs, il humidifie la surface supérieure de la semelle pour assurer une bonne liaison entre les deux éléments.

La semelle filante en béton cyclopéen

Le concept de ce type de semelle se rapproche un peu de la précédente. En effet, la largeur de la fouille est la même et, en plus des cailloux, on utilise aussi des pierres. Notons toutefois que ces dernières ont une dimension de plus de 30 mm. Mis à part cela, certains procédés diffèrent de celle en pierres maçonnées. Par exemple, au lieu d’un mortier moyen, le maçon déverse du béton dosé à 300kg/m3. De plus, la couche de pierre est ici répandue avant le béton, et ainsi de suite.

Hormis ces procédés, il y a aussi le fait que le maçon s’assure que la dernière couche de pierre ne dépasse pas le niveau d’arase prévu. De plus, à l’aide d’outils spécifiques comme une règle, un niveau ou une taloche, il fait bien attention à ce que le haut du béton soit bien tassé et aplani.

La semelle filante en béton non armé

Ce genre de semelle est réservé pour des constructions légères et un sol de bonne résistance. Citons entre autres les murets ou les clôtures. Comme les précédentes, le maçon réalise une fouille, toutefois, cette dernière, que l’on nomme ici « rigole », est à une profondeur d’environ 20 cm et a une largeur supérieure au double de celle du mur. Le béton versé ensuite est dosé à 300kg/m3. L’artisan s’assurera ensuite que ce béton soit bien tassé et arasé lorsqu’il sera à la côte de niveau prévue.

La semelle filante en béton armé

Ce type de semelle est le plus couramment employé dans la réalisation de fondation d’une construction. En réalité, l’armature en acier mélangé au béton va permettre à la semelle d’avoir une bonne résistance à la traction. En général, cette structure doit avoir une hauteur comprise entre 20 à 35 cm, toutefois, il ne faut pas que cette valeur soit inférieure à l’épaisseur du mur porteur qu’elle devra supporter ensuite. C’est pareil pour la largeur de 40 à 50 cm qui doit être supérieur à deux fois l’épaisseur de cette dernière. Pour la mise en œuvre, après la fouille et le béton de propreté, le maçon dépose minutieusement l’armature. Notons que le type d’armature à utiliser est en fonction de la qualité du sol. Si ce dernier est homogène, l’artisan opte souvent pour une nappe d’aciers filants et des épingles. Dans le cas contraire, pour un sol peu résistant et irrégulier, il utilise  des cadres, des épingles et deux nappes d’acier (en haut et en bas). Après l’armature, le maçon déverse finalement  le béton dosé à 300kg/m3 dans la fouille jusqu’à atteindre la hauteur de semelle recherchée, puis il arase. Toutefois, pour éviter que l’armature ne se déplace, il réalise cette dernière opération  de manière discontinue.

Related Articles

Ravalement de façade : des obligations administratives à respecter scrupuleusement

Tamby

Entreprise d’électricité en bâtiment : services proposés

Odile

Comment faire pour bien nettoyer votre toiture en ardoise ?

Tamby